Asia Presse

Asia Presse
°Hélène da Costa, présidente d'honneur
@helenedacosta
°Arnaud Rodier, président, Regards sur l'Asie , http://arnaudrodier.com/ , @arnaudrodier
°Dominique Vidal-Barri,
°Laurent Chemineau, vice-président , l’Agefi,
@laurenchemineau
° Alain Wang, secrétaire général ,
@wangalain

(MCL /webmaster)
@mob_mcl



Asia Presse sur TWITTER



Des employées de maison faiblement défendues - Régis Anouil

Le 1er juin, à Genève, l’Organisation internationale du travail (OIT) est entrée en session afin de rédiger une Convention internationale pour un « travail décent pour les travailleurs domestiques ». Représentants des Etats, des employeurs et des syndicats se penchent sur le sort d’une population estimée à 100 millions de personnes afin de fixer des standards minimaux concernant ceux – et surtout celles – qui sont plus connus sous le nom d’« employées de maison ».
La veille de l’ouverture de la session de l’OIT, l’Indonésie et la Malaisie signaient un accord visant à autoriser de nouveau, après deux années d’interdiction, les Indonésiennes à être employées en Malaisie. Ces dernières années, des affaires de mauvais traitements d’employées de maison indonésiennes en Malaisie avaient amené Djakarta à interdire à ses ressortissantes d’aller trouver à s’embaucher en Malaisie. L’accord du 31 mai apporte un léger mieux aux conditions de travail des dizaines de milliers d’Indonésiennes employées comme domestiques en Malaisie. Désormais les employeurs seront tenus d’accorder un jour de repos par semaine à leurs employées et ils ne seront plus autorisés à conserver leur passeport. L’accord ne fixe toutefois pas de salaire minimum et n’interdit pas les commissions de recrutement prélevées par des intermédiaires qui endettent lourdement les employées de maison. Selon Human Rights Watch, les gouvernements malaisien et indonésien ont « manqué une opportunité importante d’apporter de réels changements qui auraient vraiment protégé des femmes travaillent loin de chez elles pour occuper des emplois difficiles ».
Aux Philippines, pays qui s’est fait une spécialité d’« exporter » sa main d’œuvre, notamment féminine, rares sont ceux qui remettent en cause cette spécificité nationale : du Moyen-Orient à Hongkong, de Singapour aux grandes capitales européennes, les employées de maison philippines sont partout présentes. Walden Bello, sociologue réputé, pourfendeur de la mondialisation économique et financière, est de ceux-là. Parlementaire, élu d’un petit parti politique défendant les populations marginalisées de l’archipel, il estime que seule une mobilisation internationale pourra venir en aide de celles qui, face à un employeur abusif, ne disposent le plus souvent d’aucun recours. Il appelle les pays de l’ASEAN (Association des nations du Sud-Est asiatique) à se saisir du dossier.

Régis Anouil le 2 juin XI

A la recherche du soft power chinois - Vincent BROSSEL

Est-il aux oubliettes ? Comme l’artiste d’avant-garde, Ai Wei Wei, emprisonné depuis avril sous l’accusation de « crimes économiques ». Le concepteur de génie de la structure en nid d’oiseau du stade olympique de Pékin, adulé par les plus grands musées, est devenu -malgré lui- un des ambassadeurs du soft power à la chinoise. Mais, comme de nombreux créateurs chinois, notamment les cinéastes régulièrement censurés ou interdits de tournage, il est allé au-delà des limites autorisées dans la critique du pouvoir. Le soft power sert au hard power dans la mesure où il le légitime. Sinon, le couperet tombe. Le raidissement politique actuel s’exprime aussi dans le retrait de la statue de Confucius qui trônait encore récemment sur la place Tiananmen. Depuis des générations, le sage philosophe séduit étrangers comme Chinois. Et en ce 21e siècle, bien plus que Mao ! N’est-ce pas lui qui a donné son nom aux instituts officiels de langue et culture chinoises qui fleurissent dans le monde ?
Seul, dans son impressionnant mausolée, le grand timonier régente donc de nouveau, cette place politiquement fort symbolique. La propagande d’antan est bien de retour. Dans les provinces, des membres du parti ambitieux, comme Bo Xilai à Chongqing, remettent au goût du jour le maoïsme pour lutter contre les cadres corrompus ou rééduquer les prisonniers. Un « grand saut en arrière » inquiétant au regard des tragédies humaines qui ont ponctué l’ère maoïste. Est-ce un autre signe qui laisse à penser que le hard est préféré au soft au sein du PCC ?
Sur le plan international, la Chine louvoie entre hard et soft. Au Conseil de sécurité des Nations Unies, elle s’abstient lors du vote de la résolution 1973 contre Kadhafi mi-mars ; puis bloque toute tentative de condamnation de la répression sanglante en Syrie, le mois suivant. Les dirigeants chinois ferment les yeux sur les trafics nucléaires entre Pyongyang et Téhéran, mais essaient de convaincre Kim Jong-il et son fils d’engager la Corée du Nord dans une forme de libéralisme économique qui a permis à la Chine de devenir la seconde économie du monde. Pékin n’abandonnera pas ses offensives de séduction qui lui ont si bien réussi dans les années 2000. Mais plus question de s’affaiblir au nom du soft power chinois!

Vincent BROSSEL le 28 mai XI

Bureau d'Asia Presse - Photos

Bureau d'Asia Presse - Photos
H.DC,/A.R/ I.B/LC/AW/VB/RA

Membres en France et à l'étranger

Bureau d'Asia Presse en 2011

Présidente d’Honneur : Hélène da COSTA - agence en ressources humaines maanei média (ex Rfi)

Président : Arnaud RODIER - Regards sur l'Asie http://arnaudrodier.com/ ( ex - Le Figaro)
Vice-présidente : Isabelle BAECHLER - France 2
Vice-président : Laurent CHEMINEAU- l'AGEFI
Secrétaire Général : Alain WANG -
Secrétaire général Adjoint : Vincent BROSSEL
Trésorier : Régis ANOUIL - Eglises d’Asie

Jean-Luc ANGELIS, BICE

René BACKMANN , Nouvel Observateur

Alain BARLUET, Le Figaro

Mathieu BARATIER, RFI

Martine BULARD, Le Monde Diplomatique

Catherine BELKHODJA, Marco Polo Magazine,

Michel BLANCHARD, Free lance

Any BOURRIER, Le Monde Diplomatique

Natacha BRUNET, Églises d’Asie

François CHEN, RFI (rédaction Chinoise)

Odile CORNET, Ex-Chine +

Tony CROSS, RFI (rédaction Anglophone)

Julia DION, Elle

Hélène DUVIGNEAU, 20 Minutes, Rue89,

Marc EPSTEIN, L'Express

Bernard ESTRADE, AFP

Agnès GAUDU, Courrier International

Pauline GARAUDE, Free Lance, (Asie du sud)

Philip GOLUB, Le Monde Diplomatique

Charles-Emmanuel HAQUET, L’Expansion

Pierre HASKI, www.rue89.com

Harold HYMAN, BFM TV

Erich INCIYAN,

Christel LAMBOLEZ, Agence MAANEI Media

Jean LECLERC DU SABLON, Ecrivain

Sophie LEE, RFI (rédaction Chinoise)

LIN Zuqiang , RFI (rédaction Chinoise)

Dorian MALOVIC, La Croix

Marc MANGIN, Free lance

Salil SARKAR, RFI (service anglophone)

Ziyi SHEN, RFI (red. chinoise)

Jean-François TAIN, RFI (rédaction khmère)

Jean-Luc TOULA-BREYSSE, Free lance,

Nathalie TOURRET, France 24

Marc TR Membres en France et à l'étranger ONCHOT, Journaliste indépendant

Arnaud VAULERIN, Libération

Dominique VIDAL-BARI, L'Humanité

A l’étranger

BANGKOK, Arnaud DUBUS, Libération, RFI, Le Temps

PARIS, Richard WERLY, Le Temps ( Juillet 2014)

DJAKARTA, Jocelyn GRANGE, RFI

HONG KONG, Hélène GUILLEZ, Free lance Chine, Taiwan

HONG KONG, Michael SZTANKE, France 24 (France 2, M6, Canal +)

NEW DELHI, Frédéric BOBIN, Le Monde

NEW YORK, Pierre-Antoine DONNET, AFP

PEKIN, Richard ARZT, Le Parisien

PEKIN, Gabriel GRESILLON, Les Echos

PEKIN, Bruno PHILIP, Le Monde

PEKIN, Caroline PUEL, Le Point

PEKIN, Joris ZYLBERMAN, France 24

SHANGHAI, Sylvie LEVEY, Free lance

SINGAPOUR, Anne GARRIGUE, www.francaisdumonde.com